• Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon

© 2019 Robin REDA

Tel:  01 69 83 94 20 |  Email: robinreda91@gmail.com

 


Bureau de Robin REDA

Assemblée nationale

126, rue de l'Université

75007 Paris

Please reload

Posts Récents

Express : les 6 personnalités à suivre

30/06/2017

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Express : les 6 personnalités à suivre

30/06/2017

Cette semaine, le magazine l'Express revient sur les "six acteurs à suivre" lors de la quinzième législature. Robin REDA en fait partie.
 

Adolescent, Robin REDA voulait devenir animateur radio. « Pour interagir avec les gens », dit-il. Dix ans plus tard, il préfère le micro des orateurs politiques et le frisson de la tribune. En 2014, l'étudiant de Science po était devenu, à 22 ans, le plus jeune maire de France en enlevant Juvisy-sur- Orge. Le 18 juin, en pleine déroute de la droite, le Républicain a conquis un siège de député de l'Essonne.

Dès son arrivée à l'Assemblée, ce soutien de Bruno Le Maire a été dragué par quelques amis « constructifs » et convié à des réunions préparatoires pilotées par Edouard Philippe, Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu. Dans ces discussions de conjurés, l'ombre de l'Elysée était trop présente. Lui doit la clarté à ses électeurs. « Je suis un type de droite », dit- il, pointant ses divergences avec le gouvernement sur la fiscalité ou la protection des Français. L'élu sait de quoi il parle : en janvier, une expédition punitive à Juvisy a fait la une des journaux.

Aux législatives, le gamin au look de premier de la classe a vu toute une génération de quadras aller au tapis. « Il faut mettre fin à cette symbolique surannée qui s'exprime par sa position dans l'Hémicycle ou la taille du bureau, juge-t-il. On est là en mission, pas pour accomplir un cursus honorum au Parlement. » Il entend défendre la voix des élus locaux. Et préparer la suite. L'affranchi ne se reconnaît plus de mentor, mais soutiendra - le cas échéant - Valérie Pécresse, sa chef de file en Ile-de- France, pour la présidence du parti. Il espère encore un débat d'idées et pas seulement « un affichage d'ego ». Mais le duel face à Laurent Wauquiez sera rude. « Quand on a vécu la guerre Fillon-Copé, on n'a peur de rien », dit-il. Le calme des vieilles troupes. T. D.

 

Nous vous proposons de retrouver ici l'article complet de l'Express en cliquant ici : 

 

Extraits :

 

ROBIN REDA : SANG NEUF À DROITE

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Retrouvez-moi
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square